Les amis et les ennemis de ton gentil côlon

Salut ma p’tite fraise tagada-tzouintzouin!

Tu dois le lire partout, on commence à s’apercevoir à quel point nos intestins sont importants dans notre équilibre digestif, physique mais aussi psychique. Quand l’appétit va tout va… ou plutôt devrions-nous dire « quand la digestion va tout va »!

Tu es un fabuleux écosystème qui vit en symbiose « avec » mais aussi « grâce à » des 100taines de milliards de bactéries bienveillantes qui vivent dans ton côlon (et oui tu n’es jamais seul!) portants des noms un peu alambiqués comme:

  • bifidobactéries
  • lactobaciles
  • galacto-oligosaccharides (celles qui font péter)…

Tu en balades pas moins de 2kg en permanence! Elles se nourrissent des fibres alimentaires qui ne peuvent être assimilées par l’intestin grêle. Tes gentilles bactéries bien nourries assurent la production de bons acides gras et vitamines, et boostent ton système immunitaire.

bifido

Tu as peut-être le bidou sensible ou simplement envie de savoir comment stimuler les gentilles bactéries qui bossent dur pour toi en leur donnant le bon carburant? Allez go!

Aujourd’hui on passe à table pour identifier les aliments « amis » mais aussi ceux qui irritent ou agressent le bidou. Ceci dit n’élimine aucun aliment de ton régime mais limite peut-être ceux qui te font un peu de tort. Par exemple il n’est pas nécessaire d’éliminer le gluten de tes rations quotidiennes si tu n’es pas allergique ni intolérant, mais tu peux le limiter (on en mange trop de toute façon) et varier les farines et les céréales dans tes prépas maison. Éliminer définitivement un aliment risque justement de t’y rendre intolérant le jour où tu en remangeras.

Ton côlon aime les fibres, ses bactéries s’en nourrissent. Il est donc primordial de consommer des fibres en permanence afin de ne pas les affamer et qu’elles puissent continuer d’occuper le terrain en majorité face aux mauvaises bactéries. Si tu es en pleine crise de tourista tu peux adopter un régime sans fibre pour quelques repas mais pas plus ou tu risques de faire pulluler les mauvaises bactéries. Si tu n’as vraiment pas le choix compense avec quelques probiotiques conseillés par ton docteur (on va en parler plus bas).

prout flamme

(merci jeune homme d’avoir mis cette photo à dispo sur le net)

Tu sauras facilement si les mauvaises bactéries prennent le dessus sur les bonnes avec ce signal au top du glamour: Des prouts qui sentent le souffre aka pétous qui puent!

Les sources de fibres sont exclusivement végétales, on distingue deux familles: Les fibres solubles et les insolubles, celles qui sont sympas pour tes bactéries-mimis sont (… je te laisse deviner…) les solubles (t’es trop fort! 😉 ). Elles apportent de l’eau, des vitamines, des oligoéléments et entretiennent la paroi digestive. Tu les trouveras dans des céréales telles que l’avoine, le seigle, le sarrasin (farine très chouette pour faire des cakes salés soit dit en passant), mais également dans le quinoa (qui remplace avantageusement la semoule dans le taboulé), les asperges cuites (super aliment!), les pommes de terre et patates douces, les carottes, courgettes et courges cuites, petites bananes, mandarines, poires et pommes (sans la peau), fraises… Les fibres insolubles se trouvent elles dans les céréales de blé, couscous, boulgour, maïs entier, les légumineuses (lentilles, haricots blancs, pois chiches…), le coing…. Tu dois toujours en manger cependant car elles ont un rôle à jouer: Puisqu’elles sont insolubles elles entraînent avec elles les matières et empêchent le stagnations des déchets dans le côlon et le rectum (sexy), un bon p’tit coup de balai c’est feng shui... L’essentiel est de varier tes menus!

Pour être au top du top tu éviteras la cuisson des aliments à fibres solubles, au contraire des aliments à fibres insolubles.

Pour bichonner ton ventrou tu privilégieras un régime pauvre en gras (pas ou peu de fritures, viandes en sauce ou poisson gras, crèmes, charcuterie, charcuterie, charcuterie).

Les écarts à ce régime sont bien sûr encouragés du moment qu’ils demeurent des écarts en comparaison à tes apports principaux. Il est primordial en cuisine de se faire plaiz’!

Par contre tu peux définitivement te passer des édulcorants artificiels (boissons gazeuses, bonbons) qui lessivent les intestins.

Les fines herbes (basilic, menthe, origan, coriandre, aneth, persil, aneth, persil, anis…) remplaceront agréablement les épices tord-boyaux.

carottes du jardin

carottes du jardin

L’aloé vera comme le coing sont de fabuleux aliments adaptogènes qui vont proposer une solution différente selon le terrain: Pour parler avec plus de clarté (et moins de distinction) ils vont réguler le transit en « lâchant » les constipés et constiper en cas de diarrhée. Le coing se mange toujours cuit (compote, pâte, gelée) et l’aloé vera mixé dans un jus de fruits car sa saveur est… discutable (c’est dégueu).

Les fromages fermentés en petite quantité sont une bonne idée car ils stimulent le développement des bonnes bactéries.

Si tu as les intestins vraiment sensibles tu éviteras les aliments acidifiants comme les tomates, le jus d’orange ou le pamplemousse. En revanche le citron est excellent car malgré son goût acide il alcalinise le PH du corps (qui l’eut cru?).

Le café, comme tu t’en doutes, n’est pas l’ami de ton côlon, mais également le thé pour les plus douillets d’entre nous. Tu leur préféreras le Rooïbos qui est naturellement déthéiné ou la chicorée pour un revival des petits déj’ chez mémé.

Ce n’est pas juste une mode

… Un petit topo sur les pro- et pré-biotiques:

Les prébiotiques sont des fibres végétales qui vont favoriser le développement des probiotiques, des bactéries de la flore intestinale. Pour maintenir une bonne flore intestinale, riche de ces fameuses bactéries probiotiques, il faut conserver une alimentation qui privilégie les fibres prébiotiques .

Tu trouveras les probiotiques sous forme de gélules au rayon compléments alimentaires des pharmacies (vendus sans ordonnance). Ils sont composés de micro-organismes vivants, bactéries ou levures, qui vont venir aider les bactéries naturellement présentes dans ton bidou. Les gammes vendues sont variées et répondent à plusieurs type de problèmes (digestion-transit, problème féminins, urinaires…), d’où l’importance d’être bien conseillé. Ils sont souvent très efficaces mais pour la question du transit leur action est limitée à la digestion en cours et ils sont naturellement éliminés lors de ton prochain passage aux waters (dans un plouf mélodieux). Une action relativement ponctuelle qui ne peut répondre aux problèmes chroniques.

Les prébiotiques sont donc des aliments qui vont favoriser le développement de ces bonnes bactéries. Ils ne sont pas ou peu assimilés par les mauvaises bactéries, qui ne peuvent donc pas s’en servir contre toi. Très simple d’accès, tu en as peut-être déjà plein ton frigo, ton jardin ou tes placards et tu peux t’en gaver tous les jours:

  • Artichauts
  • Asperges
  • Endives
  • Bananes (vertes)
  • Topinambours (youpi c’est bientôt la saison!)
  • Ail
  • Oignon (onion kon ecrit maintenant c sa?)
  • Panais
  • Salsifis
  • Seigle
  • Avoine
  • Poireau…

Imprime-toi cette petit liste en pense-pas-bête sur ton frigde!

Voilà mon p’tit lapin j’espère que cet article t’aura aidé à apporter intelligemment de la variété et de la santé à ton alimentation. Jardine bien ta p’tite flore intestinale!

Love & pâte de coing ❤

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s